HISTOIRE DE L’ART-E.GREGOIRE

Histoire de l’Art
Escapades italiennes
par Emmanuel GREGOIRE

Voyage au cœur de l’art …
… Une saison buissonnière en Italie

Conférencier : Emmanuel Grégoire 
Licencié en Philosophie et Lettres
 avec o
rientation Histoire de l’Art et Archéologie

Cycle de 8 conférences : lundis 23/09, 14/10, 04/11, 09/12/2019 et 20/01, 17/02, 23/03, 20/04/2020 de 18h à 19h30.

Participation : 8 euros/conférence – 55 euros/cycle.

Le cycle de conférences se propose d’emprunter des sentiers buissonniers pour découvrir la vaste production artistique italienne. Emmanuel Grégoire délaissera volontairement les grands sujets attendus pour se consacrer à ceux qu’on découvre, comme par surprise, au détour d’un chemin.
L’itinéraire  se veut chronologique, il peut être parcouru dans son intégralité ou être emprunté ponctuellement.

  1. Lundi 09/12/2019
    Le Caravage : dans les coulisses de ses cycles de peintures

Peintre scandaleux et révolutionnaire qui marque la transition entre maniérisme et baroque dans l’Italie des XVIème et XVIIème siècles, Le Caravage ne cesse d’occuper la Une dans le monde de l’Art. En effet, la découverte d’œuvres nouvelles, les publications régulières et les expositions dans les plus grandes institutions orientent les projecteurs sur cette personnalité complexe. C’est par les détails significatifs que les peintures commandées par l’Église seront décortiquées le temps d’un soir.

  1. Lundi 20/01/2020
    Sous les ciels de Tiepolo : les yeux tournés vers les fresques des plafonds

Avant d’être appelé dans les cours européennes pour peindre à la fresque des surfaces toujours plus vastes, le peintre italien Giambattista Tiepolo a orné de ses talents les plafonds des palais durant le siècle des Lumières. Maître du trompe-l’œil, coloriste génial et ordonnateur sans égal, ses compositions gigantesques attirent sans relâche nos regards émerveillés de spectateur, nous faisant même oublier l’inconfort de notre position d’admirateur.

  1. Lundi 17/02/2020
    Les Macchiaioli : peintres modernes et impressionnistes toscans

L’Italie de la seconde moitié du XIXème siècle n’est pas en reste. Elle peut se targuer d’avoir eu, elle aussi, son heure de modernité picturale et sa frange du courant impressionniste. Ainsi, au moment où des « Manet » et des « Monet » bouleversent l’académisme artistique français, un groupe de toscans appelés les Macchiaioli, c’est-à-dire les « tachistes », se constitue dans un café florentin. Giuseppe De Nittis, Giovanni Fattori, Silvestro Lega, Telemaco Signorini … vont impacter la touche, les formats et les sujets.

  1. Lundi 23/03/2020
    Architecture fasciste : Mussolini bâtisseur d’une nouvelle Rome (l’EUR)

Dès sa prise de pouvoir en 1922, le dictateur Benito Mussolini lance des campagnes archéologiques d’envergure afin de mettre au jour le grandiose passé de la Rome impériale antique. Les vestiges qui émergent de ces dernières, sa volonté de créer du travail en lançant d’immenses chantiers de construction et l’apport matériel issu des récentes colonies italiennes vont être conjugués pour créer un gigantesque nouveau quartier romain, l’EUR, dominé par ce que l’opinion publique désignera bien vite comme étant le colisée carré.

  1. Lundi 20/04/2020
    Triptyque « modernissimo – trois jalons de la sculpture italienne de la fin du XIXème siècle à nos jours »

Chacun à leur manière, ces trois sculpteurs sont, d’une part, les héritiers d’une longue tradition artistique (Bugatti, de la sculpture animalière ; Manzù, de la statuaire religieuse ; Penone, du travail du bois) et d’autre part, des continuateurs originaux de celle-ci. En effet, de l’observation attentive des pensionnaires du zoo d’Anvers lors de son séjour en Belgique, le premier fera émerger dans sa production l’énergie spécifique des corps de ces modèles ; de l’impact visuel du hiératisme des ecclésiastiques réunis pour le concile Vatican II, démarrera la désormais célèbre série du deuxième ; de sa fascination pour la croissance de la nature, le troisième partira en quête de l’origine de cette dernière au cœur même des arbres.

.

.  Archives Histoire de l’Art .

  1. Lundi 23/09/2019
    Les secrètes cités étrusques : de Mantoue à Capoue

À leur apogée, vers 500 avant Jésus-Christ, les villes constituant la ligue étrusque s’étendent sur une large partie du territoire actuel de l’Italie sans oublier la Corse. Céramistes, fresquistes et bronziers s’associent pour constituer une imagerie, notamment funéraire, rivalisant avec les cultures européennes voisines contemporaines. Au regard de la Rome antique classique, la civilisation étrusque reste « clandestine » du grand public. Aussi, mettons à profit cette saison buissonnière pour nous renseigner sur les mœurs saisissantes de ce peuple méconnu.

  1. Lundi 14/10/2019
    Escale à Ravenne : des mosaïques d’influence byzantine dans un écrin architectural romain

Du pavement à l’abside, la basilique Saint-Vital de Ravenne étincelle de myriades de tesselles de mosaïques tantôt originales tantôt restaurées. Cet édifice d’Émilie-Romagne permet, en dépit des tribulations du temps, d’apprécier un des cycles les plus complets de cet art de la taille de la pierre et du verre typiquement byzantin. La conjointe netteté des vues d’ensemble comme des détails, c’est-à-dire, par exemple du cortège qui accompagne l’empereur Justinien et des parures de l’impératrice Théodora, est un gage de cette remarquable qualité d’exécution datant du VIème siècle.

  1. Lundi 04/11/2019
    Visiter deux chapelles : l’une peinte par Giotto et l’autre par Piero della Francesca

Initiateur de la peinture de la Renaissance italienne dès le début du XIVème siècle en s’essayant au jeu savant de la restitution de la troisième dimension et en utilisant le bleu plutôt que l’or pour le fond des sujets religieux traités, Giotto décore à la fresque l’intégralité des surfaces murales d’une chapelle gothique pour le compte du riche mécène Scrovegni à Padoue. À Arezzo, c’est la chapelle Bacci qui est peinte par le maître de la perspective : Piero della Francesca. Le premier mettra en image la vie de la Vierge et celle du Christ tandis que le second s’attèlera à la représentation de la découverte de la vraie croix.